La Chapelle de Christ - Guimaëc - Une renaissance

Une des sept chapelles se trouvant à Guimaëc (29), la Chapelle de Christ fut construite durant la seconde moitié du XVIe siècle, puis restaurée en 1600 et en 1700.

Au cours du XXe siècle, la chapelle est laissée à l’abandon et tombe en ruine, à un tel point qu’elle faillit disparaître au cours des années 1950.

Chutes d’arbres, tempêtes, vols de pierres, de multiples événements entrainent sa dégradation, malgré son inscription sur l'Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques depuis le 3 juin 1932.

En 1998, les premières actions de réhabilitation de la chapelle commencent. C'est dans ce contexte qu'est née l'association « Les amis de la Chapelle de Christ » qui organise de multiples événements/actions afin de dégager des fonds pour la restauration.

C’est en 2019, après campagne de travaux, que Tiez Breiz, avec l’aide de Ty Mein, lance des chantiers participatifs et des initiations aux techniques anciennes autour des enduits terre  et des badigeons à la chaux. Ces techniques permettront notamment d'utiliser de nombreux matériaux locaux.

Il faudra environ vingt ans pour reconstruire entièrement la chapelle, avec la participation de différents acteurs : des bénévoles, des élus locaux,  Tiez Breiz ,  Ty Mein etc.

La chapelle est aujourd'hui ouverte au public et accueille des expositions de peinture, des concerts et tout autres événements organisés par et/ou pour la  commune de Guimaëc .

L'exposition " La Chapelle de Christ - Une renaissance" est présentée de façon permanente dans la chapelle.

Les savoir-faire de la restauration du bâti ancien - La Chapelle Saint-Adrien de Plougastel

Monument important de la commune de Plougastel-Daoulas (29), la Chapelle Saint-Adrien fut construite en 1549 sur les fondations d’une autre, plus ancienne.

Dédiée à Saint-Adrien de Nicomédie (mort en 303), cette chapelle fut fréquentée régulièrement par les habitants et les populations de la pointe de l’Armorique.

Au fil des ans, la chapelle a connu des modifications : agrandissement global en 1616, raccourcissement de la nef et reconstruction d’un pignon en 1913.

Des travaux de restauration ont été entrepris il y a plusieurs dizaines d'années. Malheureusement, ils n’ont pas été effectués dans les règles de l’art et l’utilisation du ciment a provoqué le développement de pathologies, engendrant la dégradation globale de l'édifice.

Tiez Breiz – Maisons et Paysages de Bretagne aborde à travers cette exposition numérique une synthèse des règles de l’art de la restauration du bâti ancien en s'appuyant sur l'état de l'architecture de la Chapelle Saint-Adrien.

Petite histoire des lavoirs en Bretagne - Stang Illiew

Le Presbytère d'Irodouër - À la découverte du plus haut bâtiment en bauge de Bretagne